J'ai fort envie de découvrir la femme burkinabé.
Elle est pleine de dignité, de réserve et de pudeur. Ici, comme partout dans le monde, la musique et la danse font des miracles. Nous dansons ensemble. Des liens se tissent. On rit… L'une d'elles me tend son bébé. Il me regarde et se met à pleurer. Et oui, Catherine, tu lui fais peur parce que tu es blanche. Belle leçon! Je prends "une claque".



Pourtant, petit à petit, je sens qu'il a moins peur. Son sourire pointe. En riant, la maman pose l'enfant sur mon dos et l'enroule dans un grand tissu qu'elle noue sur mon ventre comme le font les femmes africaines. Je continue à danser avec ce bébé dans mon dos qui peu à peu se calme et s'endort.



Un pur instant de bonheur!

Par Catherine BRACQ.
Photos: Mathias COULOMB.