Au cours de nos discussions, nous avons saisi l'importance de ce projet pour les femmes du village, qui ne disposent actuellement d'aucun lieu pour travailler. Elles sont pourtant impatientes de lancer des programmes d'artisanat, de couture, de production de beurre de karité... Nous avons donc décidé de faire évoluer le projet initial : au lieu d'envisager directement la construction d'un seul bâtiment abritant les différentes activités, notre architecte, Jean-Luc, a modifié ses plans afin de procéder par étapes.

Un premier module, plus modeste, sera construit dans les mois qui viennent afin d‘abriter les travaux de couture. La couturière, dont nous avons financé la formation et le matériel, pourra ainsi commencer à former d'autres femmes à la couture.

D'autres modules suivront, au fur et à mesure des besoins. Ils seront tous inscrits dans une enceinte qui permettra aux femmes de travailler dans la tranquillité, à l'abri des regards, et de protéger leur matériel.

Dans sa globalité, l'esprit de la construction reste le même : matériaux locaux, ventilation naturelle... Un comité de gestion de la Maison des femmes est en cours de formation.

Dans le premier module, une petite bibliothèque sera mise à la disposition des enfants scolarisés afin qu'ils puissent disposer des livres nécessaires à leur apprentissage. Ce qui n'est pas le cas pour le moment, les livres n'étant pas distribués en nombre suffisant.