Village de TANVI : le blog

Rapport Moral du Président

Cela faisait très exactement 1 an que nous n'étions point retourné dans le village et au Burkina, bien entendu. Le travail plus prenant à Paris, le manque de temps, aussi. Également, lorsque le temps libre le permet, plus l'envie de retourner à Toulon à bord de notre nid que de s'envoler vers cette Afrique que nous aimons tant mais que nous croyons connaître peut-être trop. Il n'empêche, il fallait absolument s'y rendre pour faire le point de l'année, vérifier les différentes mises en place effectuées l'année dernière, aller au village rencontrer les habitants, leur faire comprendre qu'en France tout est un peu plus compliqué et qu'il est moins évident de motiver nos membres au devenir du village.

Lire la suite

Un prochain voyage est prévu le 24 octobre, en partenariat avec l'association « Mécénat chirurgie cardiaque ».

Sa Présidente, Mme la Pr Francine Lecat, se joindra à nous afin de dépister sur place les enfants atteints d'une malformation cardiaque grave, opérables en France. Cette pathologie touche en moyenne un enfant sur mille en Afrique, ce qui pourrait représenter au moins une dizaine d'enfants à Tanvi. Grâce à la prise en charge de cette association qui a déjà fait la preuve de son implication et de son efficacité, nous espérons pouvoir les sauver d'une mort programmée Nous prévoyons également un voyage en début d'année. Si l'une ou l'autre de ces dates vous intéresse, faites-le nous savoir au plus vite afin que nous puissions organiser au mieux ce séjour.

Merci encore d'être à nos côtés dans cette riche et passionnante aventure.

Pour terminer ce programme d’irrigation, il nous faut une fois encore faire appel à vous !

Nous avons raclé nos « fonds de tiroirs », mais malgré un don de 4000 euros consenti par l'association Petits d'Hommes, nous n'arrivons pas à boucler le budget de cette opération (25.000 euros) que nous avons pourtant étalée sur deux exercices. Il nous manque encore 3000 euros. L'entreprise qui a effectués les travaux nous fait confiance : son dirigeant, Frédéric Darga, soutient avec force notre action. Nous nous sommes engagés à lui régler le solde des factures avant fin septembre. C'est pourquoi nous faisons à nouveau appel à votre générosité. Nous sommes, aujourd'hui, plus de 100 membres. Si chacun consentait cet effort, cela ne représenterait que 30 € par membre : le prix d'un repas au restaurant. D'autant que, comme d'habitude, 60% de la somme versée sera directement déductible de vos impôts. Une fois encore, nous comptons donc sur vous !

Les travaux d'irrigation touchent à leur fin.

L'objectif de notre dernier voyage était, avant tout, de terminer la mise en place de l'irrigation avant l'arrêt des pluies d'hivernage, début septembre. Rappelez-vous : le forage, effectué grâce à vos dons le 3 janvier 2009, présente des caractéristiques de débit exceptionnel (30 m3 à l'heure). Nous avons donc décidé de mettre en place un programme de cultures vivrières afin d'apporter aux enfants les compléments nutritionnels nécessaires à un développement harmonieux. Après plusieurs réunions, décision fut prise, avec la communauté villageoise, d'y consacrer 5 ha. Nous avons partagé cette surface en à trois parcelles. La première (1,5 ha) a été clôturée et nous y avons fait construire un abri pour le gardien. Nous avons acheté les outils nécessaires, ainsi qu'un âne pour le transport et un bœuf pour les labours. Nous avons également engagé deux jardiniers, après avoir financé leur formation aux techniques de l'agriculture raisonnée. Ils se sont rapidement mis au travail : le terrain a été dépierré, les souches inutiles arrachées, le terrain la bouré... Dans le respect des apports de compost et de traitements naturels des végétaux, une haie vive a été plantée tout le long de la clôture : 6000 plants élevés en pépinière ont ainsi été transplantés. Côté irrigation, la pompe à main a été remplacée par une pompe solaire permettant un débit de 5 m3 à l'heure et les panneaux d'alimentation sont en place. Un château d'eau et des bassins de rétention ont été construits (ces derniers travaux ayant été terminés après notre retour, nous ne disposons pas encore de photos). Le terrain agricole dispose ainsi d'une réserve d'eau de 30 m3 pour l'arrosage de nos plantations, qui viennent de commencer. Nous avons choisi de semer des haricots du Niébé. Grâce à son système foliaire très développé, cette plante protège la terre contre les pluies d'hivernage. Les graines qu'elle produit ont une densité nutritionnelle exceptionnelle. Après la récolte (en octobre), l'enfouissement des feuilles dans le sol assure un apport azoté naturel qui enrichit l'humus en vue des saisons suivantes. Cette installation n'a pas privé les femmes de leur accès à l'eau : nous avons fait installer une borne fontaine où elles peuvent, comme à l'accoutumée, venir remplir leurs bidons d'eau potable.

Le projet de la Maison des Femmes avance...

Il s'agit, comme vous le savez, de construire un lieu au sein duquel elles pourront développer leur savoir faire dans différentes branches artisanales. Les habitantes de Tanvi l'attendent avec impatience. Les plans sont en place et nous espérons démarrer les travaux du premier module avant la fin de l'année. Nous sommes en recherche de fonds auprès d'entreprises sous forme de mécénat. Plusieurs contacts ont été établis et nous avons bon espoir de recueillir les fonds au plus vite. Comme vous le voyez, nous avançons. Grâce à vous ! C'est votre fidélité qui nous permet de tenir et de poursuivre notre action. Nous espérons arriver jusqu'au projet final : la construction de l'école satellite.

Dernières nouvelles de Tanvi...

Notre dernier voyage à Tanvi s'est révélé particulièrement fructueux. Les efforts que nous avons tous consentis commencent à porter leurs fruits, et nous sommes très heureux de vous apporter toutes ces bonnes nouvelles.

Notre 4x4 est enfin arrivé à destination ! Notre secrétaire et chauffeur, Salam Sankara, est allé le chercher à Lomé, muni de tous les papiers nécessaires, ce qui est un exploit en terre africaine ! Le transit, le dédouanement et le voyage aller-retour entre Ouagadougou et Lomé ont coûté 1500 euros à l'association. Quand il n'est pas utilisé, le 4x4 est sous bâche et nous l'avons doté de housses neuves. Grâce à cet investissement, les membres de l'association qui se rendent au Burkina Faso disposeront à l'avenir d'un véhicule pour un prix beaucoup plus abordable que celui des locations habituelles. Le reste du temps, le 4x4 permettra, en cas d'urgence, de conduire les habitants de Tanvi (et des villages environnants) jusqu'au dispensaire ou à l'hôpital. Il sera également utilisé pour livrer, aux hôtels et restaurants de la capitale avec lesquels nous avons passé un accord, le produit des récoltes effectuées sur les parcelles irriguées. Enfin, il sera mis à disposition d'autres ONG qui, en échange, feront un don à l'association. Les sommes ainsi réunies devraient suffire pour couvrir les frais du véhicule et du bureau dont l'association dispose aujourd'hui à Ouagadougou.

L'installation du nouveau bureau est terminée. Il dispose d'un fax, d'un téléphone, d'un ordinateur, et bientôt d'un accès internet. Le local a été meublé pour un prix très modique chez l'artisan du coin. Le 4x4 est garé dans la cour et un gardien en prend soin.

L'association dispose à présent du statut d'ONG au Burkina. Cet acquis administratif nous permet d'être exemptés de taxes, TVA et douanes dans le pays. Voilà d'importantes économies en perspective !

Le Football club de Lens sponsorise l'équipe de Tanvi. Par l'intermédiaire de son président, ce club prestigieux a offert à notre très modeste équipe des maillots et des écharpes. Les jeunes du village ont été très heureux de ce geste et l'ont fortement applaudi. Le chef en personne a adressé ses remerciements au club de Lens et à son président.

ASSEMBLEE GENERALE

Dimanche dernier s'est tenue à Toulon l'assemblée générale annuelle de l'association. Le rapport moral du Président et les comptes ont été votés sans objection par les membres présents qui représentaient plus du tiers de nos effectifs. Nous avons également évoqué la suite des opérations, tant en ce qui concerne le démarrage prochain des travaux d'irrigation du terrain agricole, que le remaniement du projet de "Maison des femmes". L'idée de modifier le projet initial afin de le rendre modulable a été très favorablement accueilli par les membres présents. Il nous reste maintenant à rassembler les fonds nécessaires. Trois étudiants planchent en ce moment sur la meilleure manière pour nous d'aborder le mécénat d'entreprise. Nous espérons que leurs conseils porteront rapidement leurs frutis !

BIENTOT, UN NOUVEAU VOYAGE

D'ici quelques semaines, une nouvelle équipe de membres de l'association repart pour le village de Tanvi. Au programme, le lancement des travaux d'irrigation : installation de la pompe solaire, du château d'eau, du bassin de retenue et du système d'irrigation. Nous avons enfin réuni les fonds nécessaires. Cette réalisation va permettre aux habitants de ne plus dépendre uniquement des pluies pour leurs récoltes. C'est d'autant plus important que la dernière saison des pluies a été effroyable : des torrents d'eau ont emporté des milliers d'habitations, faisant d'innombrable sans abris, puis la pluie s'est arrêtée, laissant la terre sèche et stérile. L'année prochaine sera plus féconde grâce à ce système d'irrigation. Pour le bien-être et la santé de tous !

POUR QUE TOUS LES ENFANTS DE TANVI AILLENT A L'ECOLE

Lorsque nous avons évoqué les problèmes liés à l’enseignement des enfants à Tanvi, nous avons demandé quelle était la différence entre les deux systèmes éducatifs présents au village.

Le système éducation nationale emploie des instituteurs payés par le gouvernement et logés sur place. Les élèves sont accueillis à partir de 6 ou 7 ans et sont officiellement 75 par classe mais en réalité ils sont plus proches de 150. Le français y est introduit dès la première année et les mères préfèrent en majorité cette option.

Le système OSEO (oeuvre suisse d’entraide ouvrière) comble un vide éducatif : les centres d’alphabétisation s’adressent à une population à partir de 15 ans. (Un centre de ce type existe à Tanvi). De 9 à 14 ans OSEO prend en charge des enfants non scolarisés. C’est ce que fait bénévolement notre amie Salima qui est en outre la secrétaire du moulin à mil. L’apprentissage de la lecture et de l’écriture se fait d’abord en langue locale, ici le moré puis le français est introduit progressivement.

Le gros problème, pour cette population à très faible revenu, est le coût des fournitures et de la cantine. Nous avons bien précisé que l’association ne pouvait pas prendre cela en charge mais que, en revanche, le projet de la maison des femmes lorsqu’il serait mis en place, permettrait à celles-ci d’avoir un revenu complémentaire qui pourrait servir à cela.

Nous avons appris que chaque enfant ne pouvait pas avoir l’ensemble des livres nécessaires à la classe et se les passaient comme ils pouvaient de l’un à l’autre. L’idée a été émise de prévoir dans le premier module de la maison des femmes une petite bibliothèque de livres scolaires consultables sur place.

L’association rappelle qu’une école-satellite de 3 classes fait partie des projets et que nous avons d’ores et déjà la promesse de l’UNICEF de fournir le matériel scolaire et pédagogique. En outre, le maire de Koubri, donc le gouvernement, s’est engagé à nommer les enseignants pour ces classes.

LES ENFANTS DE TANVI DANS UN LIVRE

Notre président, Pierre-jean Rey, vient de publier un livre de photos d'enfants, en partenariat avec l'Unicef et l'OIF, à l'occasion du vingtième anniversaire de la déclaration des droits de l'enfant. Le livre, intitulé Petits d'Hommes, est paru aux éditions Albin Michel.

Après plusieurs expositions très réussies, notamment à Genève, à Lens et à Paris (dans le cadre de l'Assemblée nationale et du Ministère des affaires étrangères), c'est aujourd'hui au tour de Tunis où l'exposition s'ouvrira à la fin de ce mois.

Parmi ces quelques deux cents photos d'enfants du monde entier, figurent des portraits de six enfants de Tanvi. Qu'ils soient ici remerciés pour leur collaboration.