Cela faisait très exactement 1 an que nous n'étions point retourné dans le village et au Burkina, bien entendu. Le travail plus prenant à Paris, le manque de temps, aussi. Également, lorsque le temps libre le permet, plus l'envie de retourner à Toulon à bord de notre nid que de s'envoler vers cette Afrique que nous aimons tant mais que nous croyons connaître peut-être trop. Il n'empêche, il fallait absolument s'y rendre pour faire le point de l'année, vérifier les différentes mises en place effectuées l'année dernière, aller au village rencontrer les habitants, leur faire comprendre qu'en France tout est un peu plus compliqué et qu'il est moins évident de motiver nos membres au devenir du village.

Lire la suite