A notre arrivée, le conseil est déjà réuni sous le grand figuier. Au centre, le chef du village, assis dans un fauteuil, portant le couvre-chef rouge et jaune des Mossi. Derrière lui, sur des bancs de bois, les membres du conseil. Tout autour, des hommes et des enfants sont installés par terre. En face du chef, des chaises en métal nous attendent. Nous nous asseyons.



La première femme du chef arrive, portant une calebasse remplie d'un liquide couleur d'anis. C'est l'eau de mil, l'eau de bienvenue. La femme se prosterne devant son mari, verse un peu de liquide au sol, comme une offrande à la terre, puis tend le récipient au chef qui y trempe les lèvres. Nous buvons à notre tour. La discussion peut commencer.



Martin, notre correspondant sur place, assure la traduction. Même si le chef parle Français, les échanges doivent se faire dans la langue des habitants du village.



Nous évoquons les problèmes dont nous parlerons plus précisément dans les jours qui viennent : la maison des femmes, le terrain qui sera irrigué pour permettre les cultures… Peu à peu, les femmes nous ont rejoints. Elles ont étalé au sol de grandes nattes colorées sur lesquelles elles ont pris place. Elles participeront aux décisions que nous prendrons, tous ensemble, dans les jours qui viennent…
L'heure est venue d'aller visiter le moulin à mil et le forage. La nuit commence à tomber. Il est déjà temps de partir…

Par Marie BORREL.
Photos: Christine BOURGOIS; Mathias COULOMB.