Palu, diarhées, problèmes respiratoires et malnutrition font tellement partie du quotidien des villageois de Tanvi, qu'il ne leur est pas venu à l'idée de s'en plaindre auprès de nous.
Avec l'arrivée de l'eau potable du forage, il y a moins d'enfants au ventre gonflé, il nous tarde de mettre en place les cultures pour pouvoir faire reculer et, espérons le, disparaître la malnutrition à Tanvi. Nous avons demandé aux femmes du village s'il y avait des problèmes plus particuliers.
Dès le lendemain, elles s'étaient organisées avec Séraphin pour que soient désignés des responsables par quartiers, chacun devant signaler les cas les plus préoccupants. Ils seront conduits au dispensaire voisin et lorsque qu'une hospitalisation à Ouaga s'avèrera nécessaire, nous serons prévenus, et notre association prendra en charge le déplacement et les frais d'hopitalisation.

Des sous, des sous, il nous faut des sououous!!!

Par Nicole JAMET